Domaine Saint-Jean de Chépy, Tullins

Parce qu’elles en ont vraiment (vraiment) besoin…

Parce qu’elles en ont vraiment (vraiment) besoin…

Nous partageons, la lecture ce week-end, de l’excellente enquête d’Éric de la Chesnais dans le Figaro des 29-30 septembre 2018 sur la nécessaire mobilisation pour la sauvegarde des abeilles et bien au-delà de tous les insectes pollinisateurs. « Leur volume a chuté de 80% en 30 ans… » selon Frank Aletru, président du plus ancien syndical apicole de France (SNA). Éclairage sans concession des données du problème qui donne à réfléchir et surtout à agir. Des solutions sont (encore) possibles en témoignent les initiatives qui fusent pour voler à leur secours. Puisque notre sort et celui de nos abeilles sont liés…

Un seul chiffre pour mesurer l’importance concrète et économique de l’action de ces apidés. « Selon une étude de l’ONU et de l’IPBES – plateforme intergouvernementale sur la biodiversité datant de 2016, 75% des plantes cultivées dans le monde dépendent de l’action des pollinisateurs, soit 35% de la production agricole mondiale« . Imaginez une pénurie de matière première telle que le pétrole, le gaz ou l’eau à un tel niveau. C’est à un effondrement systémique auquel nous devrions faire face…

Notre responsabilité est donc d’agir, à tous les niveaux et d’abord au nôtre, en développant des espaces accueillants pour les abeilles et la biodiversité (plantations d’arbres et arbustes tels que l’aubépine, prunelliers, épinies noires et tout arbre fruitier sauvage ou non), en recherchant des solutions pour éliminer ou réduire drastiquement les phytosanitaires, en recherchant des traitements anti-parasitaires pour limiter l’effet du varroa ou du frelon asiatique qui les affaiblit, ou en stoppant des pratiques apicoles nuisibles au bien-être des colonies et à la santé des hommes (certains miels importés de Chine ou d’Amérique du Sud ne sont plus que des pots de sirops de sucre maquillés en pots de miel…).

Bonne lecture et gardons le cap ! Pour que demain notre planète soit toujours aussi bleue (et belle) pour les générations à venir.

Cliquez sur l’article pour le lire.

Télécharger l’article.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *