Domaine Saint-Jean de Chépy, Tullins

Quand les abeilles se préparent à l’hiver

Quand les abeilles se préparent à l’hiver

 

Les abeilles font la boule pour passer l’hiver. ©Laviedesabeilles.

Ce que nous appelons assez égoïstement « la saison » est en général celle qui nous rapproche le plus de nos abeilles et surtout celle dont nous attendons qu’elle satisfasse nos ambitions : il s’agit du printemps-été. Toujours très égoïstement, nous l’apprécierons en fonction de ce qu’aura été le résultat des récoltes de miel. Bien entendu, c’est celle qui détermine l’avenir et l’établissement des bons équilibres vitaux pour les colonies, il est  — à ce titre — très important. Mais il en est une qui est encore plus importante, c’est l’automne.

Isolation thermique et préservation des réserves de miel 

Les abeilles depuis le mois d’août se préparent aux premiers froids dans les meilleures conditions. Le principal des rentrées de nectar est un lointain passé. Il ne faut plus compter que sur des entrées de circonstances qui permettent de vivre au jour le jour sans trop toucher aux provisions réservées à l’hiver et au début de printemps. Les apports en propolis se sont accélérés afin de permettre un bon calorifuge des parties fragiles de la ruche, une obstruction des fentes ou des entrées un peu trop conséquentes qui laisseraient porte ouverte aux petits prédateurs ou aux courants d’air mal venus. Et oui, le bon sens avant de se chauffer et de produire des calories, c’est de bien s’isoler. À bon entendeur…

La reine depuis un bon moment a ralenti sa ponte. Le renouvellement des abeilles est limité, ce qui est compensé par une durée de vie un peu plus longue (due à une activité moindre). Ainsi la population se maintient dans une densité suffisante pour aborder les frimas.

Le stockage des provisions est soigneusement organisé. Les provisions « automnales » et du début de l’hiver sont en place en partie inferieure des bâtisses. En prévision des mois les plus froid (janvier-février-début mars), les provisions seront celles situées en partie supérieure du nid. Ainsi distribuées, les abeilles n’auront pas à craindre un isolement de leur grappe hivernale par rapport à l’emplacement des provisions nécessaire à son réchauffement.

Tranquillité des abeilles : sésame pour l’hiver

Vous le voyez tout une organisation est en marche pour le bon passage de la saison hivernale. Mais pour cela, faut-il encore que les abeilles aient les coudées franches et que rien ne vienne entraver la bonne exécution de tout cet agencement saisonnier.

Celui qui, affectivement est proche de ses abeilles, respectera, et cela depuis le mois d’aout, la tranquillité totale de ses colonies. Pas de fumée, pas de visite (hormis une pesée de la ruche à la main pour évaluer en poids la quantité de miel intérieure).

Pour le cas où il semblerait qu’une colonie n’ait pas son quota de miel en provision, il sera encore temps de la nourrir en miel. Par précaution, nous n’aurons pas transformé en tartines matinales tout le miel récolté l’été passé ! Cette précaution vaut pour les nourrissements automnales mais aussi du printemps à venir.

Pour cette période, les abeilles ont besoin du plus grand calme et surtout de n’avoir à subir aucun dérangement par des incursions sans objet de la part de l’apiculteur. Il ne reste plus qu’à leur souhaiter un bon voyage hivernal et des retrouvailles printanières sous les meilleurs auspices…

ÉCRIT PAR HENRI GIORGI, co-fondateur de BLEUE COMME DEMAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *